Comment devenir résilient ?

J’ai été toujours interpellée par le fait que certaines personnes semblent capables de tout affronter et de s’épanouir malgré des vécus très difficiles, tandis que d’autres sont anéanties par des événements qui peuvent sembler, vus de l’extérieur, beaucoup moins importants.

À quoi tient cette différence dans notre capacité à rebondir face à l’adversité ?

Une capacité qui se développe dès l’enfance

Plus un enfant va se développer dans un environnement aimant, harmonieux, sécurisant et plus il va construire une sécurité interne, un sentiment de valeur personnelle et de confiance en soi. La façon dont les parents et son entourage vont affronter les problèmes est aussi essentielle car l’enfant s’imprègne de ce qu’il voit. Des parents qui face aux difficultés cherchent des solutions sans se décourager ou qui même sont stimulés par les défis de la vie, donnent à leur enfant un modèle qui va faciliter la résilience. Mais, même quand le départ dans la vie est difficile nous pouvons être résilients ou le devenir.

La résilience est cette capacité à résister aux chocs de la vie et à se développer d’une façon satisfaisante malgré des vécus traumatiques.

Un des éléments clés pour être résilient est de ne pas se vivre comme une victime.

Tant que nous nous sentons victimes des événements, nous sommes dans l’impuissance. Une personne résiliente n’ignore pas les problèmes, elle leur fait face, et pour cela, elle a besoin d’être en possession de son pouvoir personnel.
Nous n’avons pas choisi les situations que nous vivons, mais nous pouvons choisir de ce que nous en faisons. Dans toute situation, une gamme de choix s’offre à nous.

Accepter la réalité

Cela nous conduit à trois autres éléments qui pour moi sont essentiels : le mouvement, la souplesse et la créativité. La personne résiliente n’entre pas en lutte contre la réalité, elle s’ajuste, s’adapte en permanence en cherchant des solutions créatives.

Quand nous disons que quelque chose ne devrait pas être, nous luttons contre la réalité. Entrer dans des polémiques sur ce qui ne devrait pas être ou comment cela devrait être, est totalement inutile, et ça nous fait tourner en rond, car pendant que nous sommes focalisés sur le fait ça ne devrait pas exister, notre énergie et notre créativité ne sont pas disponibles.

Ce qui est, est. La meilleure chose que nous pouvons faire est d’accueillir la situation telle qu’elle est, puis de regarder nos options : nous pouvons choisir comment agir pour transformer ce qui ne nous convient pas. Et parfois ce sera notre regard sur la réalité ou sur un aspect de nous-même qui sera invité à se transformer.

Une personne résiliente est pleinement dans le mouvement de la vie, elle a toujours des projets, des rêves dans lesquels investir son énergie. Pour elle, être anéantie n’est pas une option.

Et si je dois dire une dernière chose, je dirais que plus notre capacité d’aimer est grande, plus notre capacité de résilience l’est aussi.

Coral Jardon

Paru dans Strada la vie d’ici n°49

Coach en développement personnel à Lyon, coach à distance et soins énergétiques